Filmer en couleur et en noir et blanc simultanément

Shooting Color and Black and White Film… At the Same Time

Il existe de nombreuses idées folles en matière de photographie expérimentale. Des expositions multiples. Des « soupes » de pellicule. Tirer les pellicules à l’envers. Mais avez-vous déjà entendu parler de quelqu’un qui charge deux pellicules dans un appareil photo en même temps ? Moi non plus, et c’est exactement pourquoi je vais le faire ! L’idée en un mot est de trouver un moyen de charger une pellicule couleur et une pellicule noir et blanc de 35 mm dans mon Nikon F3 de manière à ce que chaque pression sur le déclencheur expose les deux pellicules en même temps. Après développement, je pourrais éventuellement superposer les négatifs développés pour un effet cool. J’espère. En abordant cette expérience, j’ai pensé que j’aurais quelques problèmes à résoudre. Le premier serait d’obtenir l’exposition correcte pour la pellicule arrière, car la lumière doit non seulement exposer la pellicule avant, mais également traverser la pellicule avant pour exposer la seconde pellicule derrière elle. Après avoir découvert la quantité de réduction de lumière qui se produit lorsqu’elle traverse la pellicule, je compenserai les iso de chaque pellicule pour correspondre au nombre d’arrêts dont j’ai besoin. Un autre problème évident est que les appareils photo à pellicule sont conçus pour manipuler une pellicule à la fois, et bien, ce n’est pas ce que je fais ici. Donc, en abordant cela, j’ai anticipé quelques problèmes de liage, ou peut-être même de pellicule déchirée. Il convient de noter que le winder sur le F3 est si robuste que j’ai arraché des chefs de film d’un seul rouleau auparavant, sans parler de la résistance supplémentaire de deux rouleaux. Enfin, j’ai supposé que cela affecterait la netteté de l’image des deux pellicules avant et arrière d’une certaine manière. Empiler deux pellicules dans un appareil photo décalera légèrement la pellicule avant hors du plan de mise au point, et la pellicule arrière sera obstruée par la pellicule avant, ce qui peut produire des images floues. Alors, mettons la barre basse ici ; est-ce que je m’attends à des images ultra-nettes ? Non. Si j’obtiens quelques images qui ont été alignées et exposées tout au long, je considérerai cela comme une victoire.

Cet article pourrait vous intéresser :  Le Canon EOS R100 est un véritable remplaçant pour le Rebel et l'EOS M.

Chargement des deux pellicules Si bourrer deux pellicules dans un boîtier semble vraiment maladroit et douloureux, vous avez raison. C’est le cas. J’ai essayé plusieurs façons différentes de rouler les deux pellicules dans un même boîtier. J’ai pensé que la meilleure façon d’empêcher les deux pellicules sandwichées de se coincer lors de l’avancement était de veiller à ce que les bords soient parfaitement alignés. Le faire dans l’obscurité serait presque impossible, donc j’ai dû trouver un moyen de commencer les pellicules dans le boîtier avec les lumières allumées. Ce que j’ai fini par faire, c’est d’utiliser un boîtier vide pour transférer temporairement la pellicule Fujicolor 200, tout en étant attaché à son propre boîtier. Ce transfert temporaire a été effectué dans un placard sombre pour ne pas ruiner la pellicule, mais ensuite j’ai pu accéder à l’extrémité de la pellicule Fujicolor dans la lumière pour aligner et coller la deuxième pellicule. Cette autre pellicule serait du noir et blanc T-Max P3200, et lorsqu’elle sera dans l’appareil photo, elle sera placée derrière la pellicule Fujicolor 200, contre la plaque de pression. Après avoir aligné et collé le tout, je suis retourné dans le placard sombre et j’ai enroulé autant des deux pellicules dans le même boîtier que possible et j’ai coupé l’excédent. En utilisant cette méthode, j’ai pu charger environ 20 images avec deux pellicules de 36 poses chacune dans le même boîtier. Étonnamment, faire tourner la broche avec deux pellicules dos à dos était un peu raide, mais pas impossible.

Il y a eu quelques échecs Après quelques tests initiaux avec mon posemètre, j’ai mesuré une réduction de lumière de 3 stops à travers la pellicule. Pour ma première tentative, j’ai pris une pellicule Kodak Ultramax 400 et une Fomapan 400 à superposer. Pour obtenir ma différence de 3 stops entre les pellicules, j’ai décidé de photographier l’Ultramax à la vitesse nominale et de tirer la pellicule de Fomapan (Holga) à iso 50. Malheureusement, cette première tentative s’est avérée être un échec. Bien que les images couleur Ultramax soient bonnes, la pellicule noir et blanc n’avait pas d’images exposées. Il semble que j’aurais besoin de plus de lumière pour passer à travers la pellicule avant. Je peux voir depuis l’exposition sur les négatifs de Fomapan qu’il y avait définitivement un problème avec les deux pellicules ne restant pas plates ou ne s’alignant pas correctement dans l’appareil photo également.

Cet article pourrait vous intéresser :  Un photographe perd du matériel d'une valeur de 40 000 $ après qu'il a été détruit par une fusée SpaceX.

Réessayons cela Donc, deuxième round. J’avais besoin de plus de lumière pour frapper la pellicule arrière, j’ai donc augmenté la différence d’iso entre les pellicules avant et arrière. Cette fois, j’ai utilisé une pellicule Fujicolor 200 et une Kodak T-Max P3200. J’ai noté ces prises de vue à 100, surexposant légèrement la Fujicolor tout en développant la pellicule T-Max à 3200. Pour résoudre le problème de liage, j’ai réduit la pellicule arrière de manière à ce qu’il n’y ait qu’un seul chef de film (la Fujicolor) avancé par la roue dentée. Je pense que le problème était que lorsque les deux pellicules étaient attachées à la bobine, cela créait une courbure et un espace entre les pellicules avant et arrière. Après avoir chargé et photographié 18 images des pellicules Fujicolor/T-Max, j’étais heureux de constater que cette fois-ci était un succès ! En quelque sorte… Avec cette tentative, la pellicule couleur avant est sortie correctement, mais maintenant, avec une différence de 5 stops entre les deux pellicules, j’avais des images réelles sur la pellicule arrière en noir et blanc. Ces images étaient encore plusieurs arrêts en dessous d’une exposition « correcte », mais quand même, elles sont sorties ! En termes de netteté, je n’ai pas vu une grande différence dans la…